La Vache et l’Etranger

Un étranger sur le sol Arménien

Décida que de son chauffeur il n’avait pas tant besoin.

Et demanda à ce dernier de lui laisser le soin

De conduire le 4*4 car dit-il : « cela me plairait bien ! »

Le chauffeur passa donc sur le siège passager

Il ne fallait pas le prier, il était fatigué.

Mais en matière de conduite ici

Mieux vaut être avisé

et avoir l’œil aiguisé

L’étranger sûr de lui, commit

Une erreur, oubliant qu’en Arménie,

La vache est toujours reine.

Il l’envoya au paradis en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Le berger qui n’est jamais très loin

Commença à en faire tout un foin.

“Paie moi 100 euros, dit-il, je pourrai m’en sortir. »

L’étranger refusa, « vous ne m’avez pas bien regardé !

Je ne suis pas de ceux que l’on peut rouler »,

Sans écouter le chauffeur qui pourtant, le priait de s’acquitter.

Mais entre-temps le bruit s’était répandu

Qu’un étranger à la langue bien pendue

Refusait de reconnaitre son dû.

Et de 100, le prix monta à 200 euros

Lorsque le propriétaire affirma que d’un veau

Notre pauvre vache allait mettre bas.

« Vous mentez, dit l’étranger

Vous ne m’avez-pas bien regardé ! »

Et les minutes passaient. Bien sûr, le chauffeur conseilla

A son client de régler au plus vite cette situation

En payant tout de suite

Mais l’étranger, la suite

Il ne pouvait la deviner, elle dépasse l’imagination :

Et de 200, le prix monta à 500

Car … ce n’était pas d’un, mais de deux veaux dont

Le fils du propriétaire, soudain, se rappela l’existence.

Notre pauvre étranger, pressé par la foule

N’eut d’autre choix que de payer

Et apprit à ses dépens

que face à la “sagesse” de l’habitant

un égo trop démesuré est souvent perdant.

Featured Posts
Recent Posts
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square